RÉGIONAL 1
18ème Journée

FC CHAURAY - STADE POITEVIN FC
StadePoitevinFClogo2020.svg.png
3-5-2Compositiono-Récupéré.jpg

Chauray a fini par égaliser… dans la plus grande confusion.

Poitiers

Art. NR du 31/01/2022

le match de foot arrêté après des menaces sur un arbitre.

 

Match arrêté à la 88e, à 2-2.

Mi-temps : 0-0

Buts : Toumin (79e), Audoin (87e) pour Chauray ; Soumaoro (53e), Gonzales (87e) pour Poitiers

 

Avertissements : Audoin (32e) à Chauray ; Gonzales (87e) à Poitiers

Les  Chauraisiens ont encore laissé échapper deux points, même si on ne sait toujours pas si le résultat final sera entériné.

On atteignait la 87e minute, quand les Chauraisiens obtenaient un coup franc côté gauche dont se chargeait Audoin. La frappe enveloppée était captée difficilement par le gardien Robin, l’arbitre validait le but, signifiant que le portier avait franchi la ligne de but avec le ballon. S’en suivait une logique contestation poitevine. Mais ce n’était pas le plus grave…
Car un groupe de supporters poitevins s’était immédiatement placé derrière l’arbitre assistant, l’invectivant et le menaçant de mort. C’est ce que le juge de touche allait immédiatement répéter à Monsieur Morisson, l’arbitre central, qui décidait d’interrompre prématurément la rencontre. On devine qu’un rapport sera établi et que la commission idoine décidera de son résultat.
Chauray revient deux fois au score
Pour en revenir au match, ce fut une rencontre dont le scénario est malheureusement récurrent. À savoir une domination chauraisienne, une partition plutôt correcte, mais un manque cruel de finition. Alors quand s’ajoute à ce handicap des buts en forme de cadeau de Noël, force est de constater que rien ne réussit au FC Chauray, depuis trop longtemps maintenant.
Car des occasions, les coéquipiers de Mike Métois, promu capitaine en l’absence de Paris, s’en sont procurés à foison. Notamment par le capitaine (2e, 12e), ou encore par Miloudi, dont la frappe flottante heurtait le haut de la transversale (24e). Une tête pas cadrée de Toumin (31e), un tir de Miloudi dans le petit filet extérieur (35e), puis une tentative du même joueur de 35 mètres captée par Robin (38e). Juste avant la pause, au prix d’une course incroyable, Raymond parvenait à redresser un centre à ras de terre qui filait devant le but (45e). Mais les visiteurs n’étaient pas en reste, et s’étaient montrés également dangereux par Barbarin (7e), Marq (22e) et Sissoko (44e). Juste avant qu’Audoin, pas avare d’efforts tout au long de la rencontre ne revienne du diable Vauvert pour sauver à un mètre de sa ligne (45e +1). 

Le second acte démarrait on ne peut plus mal pour les Chauraisiens, quand une mésentente entre Chariaux, très fébrile depuis le début de la rencontre et Toumin profitait à Soumaoro qui n’en demandait pas temps et glissait le ballon dans le but vide (53e). Toumin égalisait bien de la tête (79e), mais Poitiers reprenait l’avantage sur un contre supersonique conclu par Gonzales fraîchement rentré (85e). La fin, malheureusement, on la connaît.

GALERIE PHOTOS >>>ICI<<<

`

Antony Gauvin (entraîneur de Chauray) : 

« C'est le quatrième match depuis le mois de janvier et la quatrième fois où l'on sort du match. On se dit que ce n'est pas possible. Ce n'est déjà pas possible de donner des buts de cette manière. Après, on a des situations, mais on n'est pas assez prompts, pas assez vaillants devant. Après on a du coeur, on essaie, on n'a pas fait un mauvais match, mais au final, on peut perdre 2-1.

Aujourd'hui, rien ne nous réussit. Il faut continuer à travailler, on est en progression. Quand on regarde la moyenne d'âge du groupe... Je pense qu'on peut encore s'améliorer. En première mi-temps, on a fait trop de mauvaises passes. Il y avait tellement d'envie, qu'on s'est trop précipités, c'est ce que je leur ai dit. C'est un problème d'expérience, de gestion, mais quand on a des gamins qui ont entre 18 et 20 ans, évidemment il y a cette euphorie, mais ça manque forcément de lucidité.

Mine de rien c'est un match qui est correct, mais la problématique c'est qu'on ne prend pas de points. Sur douze possibles, on n'en a pris que deux. »

Poitiers